ArgentineDesertEscapadeLa RiojaSan Juan

Parcs Nationaux de Talampaya et Ischigualasto – La Rioja

Au programme de ces deux premiers jours ans la région de Cuyo, la visite des parcs naturels nationaux de Talampaya et Ischigualasto, tous deux classés au patrimoine de mondial de l’Humanité par l’UNESCO. Au programme, des formations rocheuses de toutes les couleurs frappées par le soleil et le Zonda, un vent brulant, et part chance vous observerez quelques animaux (guanacos, maras, condors, faucon pèlerin, tatous ou renards).

Les deux parcs sont très différents en terme de paysages mais ils partagent un climat des plus aride d’Argentine : 100mm par an qui tombent en février et le reste de l’année les températures montent jusqu’à 50°C avec une amplitude thermique de 30°C entre le jour et la nuit !

Talampaya

Pour arpenter au mieux le parc national de 215000 ha, j’ai choisi l’option trekking. A savoir que la visite du parc n’est pas libre, il faut impérativement être accompagné d’un guardaparque. Nous voici donc partis, à 3, avec le garde pour découvrir les richesses du parc.

Sous un soleil de plomb, nous nous dirigeons vers la quebrada Don Eduardo. Le temps y a fait son œuvre et des parois verticales de plus de 100m se dressent devant nous en amphithéâtre.

Ensuite, le guide nous montre des pétroglyphes sculptés il y a environ 2500 ans par les habitants des lieux. On y découvre leur culte pour les guanacos sur une dizaine de pierres.

Nous pénétrons dans le canyon de Talampaya, creusé sur plus de 150m par l’eau et le vent jusqu’au Jardin botanique, un oasis de verdure au milieu du désert. Derrière les acacias, on découvre la Cheminée, un demi-cylindre de 150 m de haut, qui fait une belle chambre d’écho.

Ischigualasto – Valle de la Luna

Changement de décors pour ce deuxième parc de la journée. Les couleurs y sont plus ternes mais le soleil tape toujours aussi fort. On comprend mieux en photo pourquoi le parc s’appelle Valle de la Luna (Vallée de la Lune) mais aussi Ischigualasto (Terre sans vie).

Nous partons donc en caravane de voiture avec deux argentins rencontrés à Talampaya pour découvrir le parc et ses premiers habitants, les dinosaures. En effet, les paléontologues y ont retrouvé beaucoup de fossiles dont ceux du plus vieux spécimen à ce jour.

Pendant 42km et 3h de promenade, nous passons parmi des formations rocheuses surprenantes qui égayent le désert : la valle pintada, un terrain de pétanque pour les Français ou une cancha (terrain de foot) pour les Argentins, un champignon puis une paroi rocheuse d’un rouge vif, barrière naturelle entre les deux parcs et les provinces de La Rioja et San Juan.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *